Monthly Archives: January 2016

love-body

la douleur

Ces derniers temps, j’ai un lien un peu spécial avec mon corps car il porte la vie. Un petit être a décidé de venir sur terre et a choisi de s’installer dans mon ventre. C’est à la fois un grand privilège et une grande responsabilité.

Tout d’un coup, mon corps m’impose des limites et me rappelle que mon estomac n’est pas SI extensible. Ce processus de vie est tellement miraculeux et étonnant que j’accepte ces limites et ces inconforts sans broncher. Pire, je leur envoie carrément de l’amour!

Je ne suis pas sûre que je l’accepterais si facilement si je n’étais pas enceinte. Avoir ces inconforts sans savoir pourquoi, ni combien de temps cela va durer ne doit certainement pas être facile. Sans parler des restrictions d’exercices physiques, je n’ose même pas y penser. Facile d’aimer son corps quand tout va bien, quand aucune douleur ne vient imposer de limites.

Et pourtant je pense que c’est justement dans ces moments-là que nous pouvons faire réellement preuve d’amour envers nous-même, de pouvoir aimer ces parties de notre corps qui nous font souffrir (sans oublier d’honorer ceux qui fonctionnent encore très bien).

Je suis persuadée que nos douleurs sont des appels à l’amour, à la tendresse envers Soi. Ils appellent notre attention et toute notre douceur. “Hoho je suis là, prends soin de moi…” semblent-ils dire. Qui d’autre que nous-même pouvons nous offrir ce privilège de prendre soin de nous et de nous accepter pleinement tels que nous sommes? Un merveilleux privilège qui amène à la paix…

mountains

l’écho

mountainsIl était une fois un petit garçon qui marchait dans les montagnes avec son papa. Après une longue marche, le petit garçon trébuche sur un tas de pierre et se blesse au genou. “Aïe” crie-t-il assez fort. Et la montagne répond plusieurs fois “Aïe”. Le garçon, surpris d’entendre une voix, demande “Qui es-tu?”. “Qui es-tu” répond la montagne plusieurs fois.

Ne comprenant pas l’effet de l’écho, le petit garçon se fâche de ne pas recevoir de réponse à sa question. Il crie “Tu es lâche”… “Idiot!” et la montagne répète ses paroles. Le garçon regarde son papa, plein de rage contre la montagne qui l’insulte.  Le papa sourit et dit à son fils “observe-moi bien” et il crie “Je t’admire” la voix répond “Je t’admire”. le père crie “Tu es magnifique” … et la montagne répond “Tu es magnifique”. Le petit garçon regarde son père avec étonnement, ne comprenant toujours pas vraiment ce qu’il se passe.

Le père explique qu’il s’agit de l’écho, le sons reflété par les montagnes. Mais, en réalité, dit-il, il s’agit de la vie… tout ce que tu affirmes dans la vie, tes pensées, tes paroles, tes actes se reflètent et te reviennent directement. Tout dépend donc de ce que tu choisis de crier en premier, le reste n’est qu’un reflet de cette intention.

J’aime beaucoup cette histoire qui m’est resté en tête ce mois-ci… je crois que j’ai vraiment pris conscience du pouvoir que l’on a de créer la vie que l’on souhaite. D’où l’importance aussi de prendre conscience de ce qu’on crie à la vie, nos pensées les plus profondes, nos convictions sur nous-mêmes et les autres; ce qu’on décide de cultiver au jour le jour… car OUI on a le choix 😉

Alors, je vous souhaite pour ce mois des étincelles de joie, des pétillements du coeur et plein de confiance pour la nouvelle année à venir…